Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AlaRemoise.over-blog.com
AlaRemoise.over-blog.com
Menu
La régalade de Septembre

La régalade de Septembre

Du jeu, des buts sur des frappes lointaines ou sur des exploits personnels, des arrêts stratosphériques de Doudou Mendy, un accroc brestois rattrapé face à Clermont, un stade qui grapille quelques supporters, dont certains se font virer parce qu'ils mettent trop d'ambiance pour "la famille" Batteux, une Guion' touch qui se dessine entre pragmatisme et football champagne. Bref une régalade qui nous offre un bilan de 12 points sur 15, 12 buts marqués pour 4 encaissés et une place confortable de leader avec quatre points d'avance. De quoi profiter d'une trêve d'une dizaine de jours, le temps de trembler pour l'Equipe de France qui tentera de se qualifier directement pour le Mondial russe auquel aucun rémois ne participera cette fois...

Putain de claquettes-chaussettes !

Un gardien rémois qui rapporte des points, ça fait du bien et depuis la saison 2013-14 de Kossi Agassa on avait pas ressenti une telle assurance chez un portier rémois. Notre Edouard Mendy et sa grande "carcasse" (on se comprend ?) sont maîtres dans les airs, sur la ligne et on sent même une confiance naître dans le jeu au pied. Sébastien Hamel - c'est le moment ou jamais de s'enflammer sur lui - enfin débarassé des gants poisseux de l'effectif - transforme un espoir en gardien dégageant sérénité et confiance transmise à ses défenseurs. Un seul petit but, et dans les conditions brestoises que l'on connaît, encaissé à domicile. La base est solide.

Point de système restrictif surtout quand on note l'apport des latéraux au jeu offensif, mais tout simplement un système tactique clair, identifié et déjà rodé autour du socle Jeanvier-Abdelhamid et Captain Da Cruz, permettant aux feux follets de s'exprimer sans crainte de faire l'attaque de trop. Autre point à souligner en ce mois de Septembre, une véritable évolution, avec l'apport bien plus important de Xavier Chavalerin à la transformation du jeu entre récupération au côté de Dany et efficacité par une frappe de balle hors de la surface que l'on avait pas vu depuis longtemps, sevré de football qu'on ne savait plus vraiment ce qu'était l'émotion positive provoquée par un match de football de son club favori.

Alors que la présentation de Charbonnier à Brest nous apprenait que l'ambiance était triste pour ne pas dire autre chose ces deux dernières saisons à Blériot, on pouvait apprécier le fameux état d'esprit d'un groupe rémois 2017-18 débarrassé de son ex numéro 10, alternant entre stories instagram à base de "OHA" de Aly Ndom, opération de séduction de Marvin Martin en bon commercial de Micromania et une photo officielle souriante et pas de façade. Un sourire contagieux quand on se rend à Delaune même pour un match en deça des espérances techniques face à Clermont ou devant son écran a stresser comme un malade sur un but refusé de Duhamel à la dernière minute vs Quevilly.

Danilson "Delacroix" Da cruz

L'adage qui veut que la réussite se provoque est d'actualité. Le record de poteaux de la saison précédente est oublié, les méchants arbitres qui font péter des plombs au coach aussi... Cette équipe cherche continuellement à jouer vers l'avant quitte à avoir un déchet parfois pénible (15% de frappes cadrées vs Clermont, des absences de concentration entraînant trois buts ce mois-ci !) mais use un adversaire qui craque toujours ou presque. Reims se base sur une défense solide qui à part provoquer des pénalties évitables à Sochaux n'a été mise en danger que par Duhamel alors que Jeanvier ne semblait pas remis de sa bourde fatale causant la seule défaite du mois additionnée d'un pénalty concédé quelques jours plus tard à Sochaux. Bref Reims est rarement en danger sauf quand il se met lui même dans la difficulté. Quand c'est le cas la réussite est de retour (ou la maladresse adverse) comme le prouve la triple frappe clermontoise repoussée par Mendy et une défense héroïque.

Le jeu guionnesque articulé par une récupération haute, se développe par binômes. Jeanvier-Abdelhamid derrière, Koné-Diego à gauche, Métanire-Chavarria à droite, Dany-Chavalerin dans l'axe et Pefok-Anatole devant. Tout n'est pas parfait mais au contraire de la saison passée où MDZ changeait son animation à chaque match raté individuellement, David Guion (dont l'anniversaire a été dignement fêté dans le vestiaire hier) et son staff ont réussi à stabiliser un 11 de départ pimenté par séquences (suspensions...) par la technique de Marvin Martin, la percussion de Hassane Kamara ou encore la nouvelle couleur de Berty. Soyons tout de même honnête en signalant que le seul match perdu a eu lieu lors d'un turnover, peut-être nécessaire vu l'accumulation de rencontres et la nécessité de concerner un max de joueurs. Sévère défaite tout de même avec 21 tirs rémois pour 2 brestois... mais qui aura eu le mérite d'affirmer les statuts dans l'effectif.

Revenons quelques secondes sur Charbonnier. Quand il sera remis sur pattes, il jouera probablement la montée avec les bretons sauce Furlan mais après quatre saisons de balbutiement footballisque, quel plaisir de voir un Jordy Pefok (je vais l'appeler comme ça aujourd'hui) passeur (2), buteur (3) sur ses trois matchs en tant que titulaire. Ses absences se font sentir, il a su se rendre indispensable dans ce rôle où il ne rechigne pas à la tâche défensive. L'association exitante Martin-Pefok n'a toujours pas été tentée mais Jordy serait-il aussi bon au contact rapproché de la défense adverse ? La réponse est probablement oui, irresistible et affûté comme jamais depuis son prêt berrichon. Il est clairement, et je ne suis pas le seul à le penser après une rapide consultation sur notre twitter @A_LaRémoise, le meilleur rémois de Septembre alors qu'un Youssouf Koné et sa crète rouge, un Diego quadruple passeur ou un Mendy pouvaient prétendre aux honneurs.

Quand tu te prends pour Mark Landers...

Quelques points "gris" à noter comme une certaine inéfficacité du 9, Anatole ou GreJohn Kyei participant à l'effort collectif mais en manque de finition. On aura besoin d'eux quand les autres seront à leur tour dans le dur comme avaient su le faire les Quentin Pereira ou Idriss Saadi il y a 5 ans... oui on commence, pas forcément à y croire, mais au moins à penser que nous pourrions revivre de grandes émotions en Mai. Delaune à moitié vide alors que le stade est leader... tiens tiens. On ne reviendra pas sur le manque de ferveur d'une ville qui respire pourtant le foot, et quand on sait que beaucoup viennent hors de l'agglo s'en est presque triste. Dans le même temps, la direction demande ferveur et engouement tout en dégageant une dizaine de mecs qui tentent d'imprimer un semblant d'ambiance dans la tribune "famille" nuisant à l'ambition de faire vivre Auguste Delaune. Eternel spirale entre méchants supporters qui bouchent la vue à des gentils supporters qui n'ont même pas l'esprit de remonter de quelques sièges vides pour voir le match dans une ambiance de fête. Il y a 5 ans, la Batteux vivait et c'était beau. Le KMR est mort pour la direction qui organise la naissance d'un Kop Citoyen pour les 11-16 ans. Drapeaux prêtés et tournée de fraises Tagada en prime ?

Qu'importe, le Stade de Reims nous fait plaisir, à renouer avec son ADN d'un jeu agréable et porté vers l'avant par des joueurs souriants et heureux de porter les couleurs rouge et blanche. Les supporters suivront à Delaune, 4 saisons de néant de s'effacent pas comme cela. Lors de la montée 2011-12, la moyenne était de 12800 spectateurs, soit 3700 de plus qu'aujourd'hui. Pourquoi ? au lieu de taper sur la populace qui ne se déplace pas, le club devrait se poser la question pour y remédier et surfer sur cette place de leader, tellement kiffante !

Mes notes de Septembre :

Mendy 8, Métanire 7, Jeanvier 5.5, Abdelhamid 6.5, Koné 8, Mbemba 5, Ndom 5, Da Cruz 7, Chavalerin 8, Diego 8, Kamara 6, Martin 6, Chavarria 6, Oudin 5, Kyei 4, Pefok 8, Anatole 6.

Programme d'Octobre : le 13 chez Juan Lucho Vasseur; le 21 à Lens et le 28 vs Nancy.

Thibaut - @OdaïrFortès7Fan

Photos : Vincent Lapauw-SDR