Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AlaRemoise.over-blog.com
AlaRemoise.over-blog.com
Menu
Docteur David et Mystère Guion

Docteur David et Mystère Guion

Le Stade de Reims est à deux petits points de la deuxième place au classement de la Ligue 1. J'ai lu Xavier Chavalerin dans l'Union où il déclare "On trèbuche à chaque fois qu'il y a la deuxième place au bout"... Si on veut se faire peur, les champenois ne comptent que 6pts d'avance sur le barragiste. Question de point de vue. Vive le championnat de France, ses faiblesses surtout. Une homogénéité néfaste masquée par l'égoïsme des supporter, angevins une semaine, nantais la suivante sans parler de nous qui en oublions de voir l'évidence. Cette L1 est moisie, on préfère conserver le 0-0 pour ajouter un clean-sheet aux statistiques sans oser parler de l'apathie offensive. 

Avec leurs caractéristiques respectives, Guion, comme Moulin au SCO sont plutôt agréables à écouter. L'entraîneur rouge et blanc est plein de bons sentiments, de bonnes analyses quitte à frôler le foutage de gueule quand il s’agit d'apporter des solutions aux maux de son équipe. Moulin a su faire évoluer son groupe en passant d'une équipe rugueuse autour du roc Cheikh NDoye à un jeu plus technique avec les Santamaria, Bobichon tout en révélant chaque saison une pépite vendue plus de 20 millions (Toko Ekambi au Villareal et Reine Adélaïde à l'OL) pour non pas aller chercher des stars, mais des maillons lui permettant de progresser dans le jeu (17 buts inscrits) tout en remplissant l'objectif primaire du maintien.

Mettre un gars au premier poteau, c'est la base

David Guion n'en est qu'à sa seconde saison en L1 (si on excepte la pige avant la descente de 2016). Baser son jeu et réussir son entreprise est déjà une chose difficile à parfaire. Pourtant, le socle défensif progresse encore et toujours grâce aux préceptes du manceau. Les départs de Mendy et de Engels qui fîrent craindre le pire aux supporters fût anticipé par le recrutement d'un Rajkovic impérial et la révélation d'un Disasi. Le carré magique du jeune central avec Abdelhamid, Romao et Chavalerin caractérise l'ADN de cette équipe, meilleure défense du championnat, l'une des meilleures d'Europe. Cette imperméabilité dûe au travail admirable du staff apporte des garanties au club mais comment ne pas évoquer dans le même temps les 9 petits buts inscrits ? Soit 0.75/match ?

En mode Thierry Laurey...

En devenant numéro 1, succédant à Michel Der Zakarian (qui lui aussi évolue dans son approche du jeu grâce à la présence de joueurs offensifs de qualité supérieure), David Guion voulait fédérer et faire revenir les supporters/spectateurs à Delaune. Jean-Pierre Caillot, humble président du club comme il aime se présenter à chaque intervention radio, se désespère de l'absence d'engouement à Reims. Mais ce n'est pas parce qu'on bat un OM encore sous perfusion en Août et le PSG dans une grosse performance à l'extérieur que l'on crée une émulation à la maison dans un stade où nos joueurs favoris ne vous font lever les bras que 0.67 fois/match ! 4 buts, oui 4 malheureux buts Monsieur Caillot en 6 matchs. Un penalty de Doumbia, une tête rageuse de Yunis sur corner, un coup franc chatteux de Oudin (on en est déjà à trois coups de pieds arrêtés) et une superbe réalisation de Chavalerin. Un but en six rencontres dans le jeu, si ça vous va, pas à moi...

Scania-Caillot si si la famille !

La victoire au Vélodrome était un trompe l'oeil sur le niveau olympien mais surtout sur le niveau de certains rémois. Quid de l'apport de Dia dans le jeu ? Aucune profondeur quand Donis peut en apporter. Maladroit dans le dernier geste, Zorba le grec ne doit pas devenir Zobi la mouche avec le peu de temps de jeu accordé par son coach. Idem pour l'inspecteur Dereck Kutesa. Le petit suisse (oui j'enchaîne les vannes moisies) à la vitesse supersonique n'entre même pas dans une concurrence qui pourrait pousser ses coéquipiers à faire plus. Rémi fait du Oudin, plus intéressant dans l'axe, c'est à signaler tout de même alors que Cafaro devient une caricature de lui-même avec ses frappes à la Atila Turan. Surfer sur un but stratosphérique c'est bien, avoir un joueur qui produit du jeu pour le bien collectif serait mieux. Kutesa, Donis sont comme Zeneli, des accélérateurs de jeu par leur vitesse, la profondeur apportée ou pour le kosovare, sa vision du jeu. Rappelons que ce dernier, disparût l'an passé pour des performances jugées en baisse alors qu'il avait égayé le jeu et porté son pays lors de matchs internationaux où la prétendue fatigue s'était évaporée. Le joueur étranger doit s'acclimater à la France, à son championnat restrictif, apprendre la langue avant d'apporter sa qualité footballistique et tout le blabla avec lequel les coachs français nous bassinent. Zeneli défend moins bien que Cafaro ou Doumbia, le choix est donc vite fait pour coach Guion. Préférer le 0-0 au 2-2... le résultat à l'émotion.

Guion rime avec Institution

Pourquoi autant de conservatisme alors qu'une blessure ou une suspension est vite arrivée ? Comme par hasard le match contre Angers arrive, quels seront les choix guionesque ? Dia, Doumbia et Chavalerin sur le flanc, il est temps de proposer autre chose. Sur le peu entrevu et sans enflammade (juste l'envie de voir une concurrence), le couteau suisse apporte sur le côté par sa vitesse, ses dribbles mais affiche aussi un jeu complet doté d'une bonne détente et d'une vision du jeu positive quand Chico ou Mathieu préfèrent multiplier les touches de balles et permettre à la défense adverse de se replacer. Je parlais plus haut du replacement de Oudin dans l'axe. Il fût à l'origine du plus beau but rémois via Chavalerin, mais pourquoi ne jamais tenter d'aider Dia en l'associant à Donis plus complémentaire au regard des profils ? Les solutions alternatives existes mais ne sont pas tentées. Défendre est l'affaire de tous, attaquer aussi. Reims est trop prévisible en dépendant de son côté gauche. Konan est probablement le joueur le plus technique au coup d'envoi d'un match mais devant l'absence de liant côté droit entre Foket et son milieu (quelqu'il soit), tout passe par l'ivoirien. Cette équipe manque donc clairement d'alternance et se fait parfois punir. A Brest l'exemple est criant. Tu te ballades par ta puissance collective mais tu es incapable de faire la différence par un manque d'idées quand il faut enchaîner les passes et conclure. Les joueurs ne se trouvent pas, s'empêtrent avec leurs œillères dans des raids solos. Cela fait un an et demi que Reims martyrise les attaquants adverses, crée des exploits face aux européens. Cela fait aussi un an que Guion, à chaque conférence de presse d'après nul ou défaite nous parle de progrès à faire dans le dernier geste, dans l'utilisation du ballon notamment face aux blocs bas des "petites équipes". Quid des entraînements proposés et des performances en match qui doivent permettre une concurrence créatrice d'émulation ? Guion comme Caillot se fichent des supporter par leurs discours. La huitième place l'an dernier était méritée et saluée mais combien de temps allons-nous accepter ce néant dans le jeu ?

Sheyi Ojo 2.0

Le coach rémois a donc une extrême compétence pour bâtir une équipe solide mais est en panne d'inspiration pour produire un jeu positif. En a t-il réellement envie ? Malgré de belles paroles, (http://www.onzemondial.com/ligue-1/instant-tactique-david-guion-entraineur-reims-177953) il m'ennuie totalement... Paradoxal ?

David Guion est simplement à l'image de la Ligue 1. Un travailleur qui peine à passer le cut du plaisir procuré. Je cite Daniel Riolo que je rejoins totalement quand il écrit sur son blog "le nivellement par le bas est constant". Se contenter du 0-0 n'est pas un projet sportif surtout quand ta cellule de recrutement t'apporte des joueurs techniques et aux profils rarement vus au club comme Marshall Munetsi ou Tassos Donis. Guion veut trop apposer sa mainmise sur les joueurs quitte à les dénaturer par sa vision tactique restreinte. Zeneli, Donis, Munetsi doivent se fondre dans le moule Made in Ligue 1, celui d'une non volonté de proposer du jeu de peur de se faire contrer. Riolo toujours : "La Ligue 1 c'est la technique derrière le physique. Mais je note une nouveauté. Si pendant des années, j’ai critiqué l’approche tactique de nos coaches, il faut bien noter que celle-ci a largement évolué. Vilas-Boas, Vieira, Sousa, Puel, Elsner, Gourcuff… la liste des entraîneurs qui tiennent un discours "positif" sur le jeu est désormais largement majoritaire. Alors c’est quoi le problème? Il pourrait tenir en deux exemples piochés dans le dernier week-end. Saint-Etienne en première et seconde période face à Monaco. C’est pas tant l’approche tactique qui est à relever, mais plutôt le "on bouge ou on bouge pas"? Franchement, la banderole déployée à Nice qui invitait les Aiglons à "se bouger le cul", c’est simpliste mais tellement vrai. Pas besoin de grandes analyses, une bonne réplique au comptoir entre deux cafés fait l’affaire… Malheureusement." Ou alors sur le blog A la Rémoise où vous pouvez estimer que mes remarques sont futiles sur le jeu ou facile de mon canapé lorsque je visionne un Reims-Dijon. Si tel est le cas je vous souhaite de bonnes purges car oui il y en aura d'autres à venir !

A lire : https://rmcsport.bfmtv.com/football/daniel-riolo-la-ligue-1-de-mal-en-pis-1799485.html

et un article le contredisant : http://www.parisfans.fr/autour-du-psg/riolo-sinquiete-pour-la-ligue-1-le-nivellement-par-le-bas-est-constant-428240.html

Thibaut - @OdaïrFortès7Fan - @alaremoise